Rue Albert Lefebvre

Publié le par L'Arnouvilloise

Albert Lefebvre, son destin sera tragique puisqu’il fera partie des déportés du Train de Loos qui les emmènera vers le camp de concentration de Sachsenhausen au nord de Berlin. Ce fut l’un des derniers, sinon le dernier, des grands convois de déportés vers les camps nazis. Il fut aussi l’un des plus meurtriers.

 

Il y a un peu plus de soixante ans, sortait de terre la cité Montauban, inaugurée par
M. Paul Mazurier  maire d’Arnouville en 1957. Là est née la rue Albert Lefebvre, longue de deux cent quarante cinq mètres, une rue qui s’est allongée ces dernières années d’une centaine de mètres.


Publié dans Rues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article